« Le monde change quand nous changeons » ou « Un début d'année merdique »

Publié le par Manon Lemiale

« Le monde change quand nous changeons » ou « Un début d'année merdique »

Banksy- Girl with red Balloon

N.B. : J'ai écrit ce texte au début de l'année, dans le courant du mois de février

 

« Le monde change quand nous changeons » de Marianne Williamson

 

 « Un début d'année merdique » Ma phrase fétiche depuis le 7 Janvier

 

Il y a eu Charlie, il y eu Cabu, Charb, il y a eu Elsa, Franck et il y a eu les autres. Ceux qui sont autour de moi, tout autour de nous. Tous ces départs qui font mal, ces gens qu'on sait qu'ils ne reviendront pas. Toute cette souffrance, ce vide, cette tristesse et se brouhaha de sentiments laissés après chaque drame.Tous ces fantômes qui restent et nous apportent des messages tout au long de nos journées grises. Ils nous apprennent le plus de choses une fois partis. Ceux que l'on aime vraiment une fois qu'il est impossible de le dire.Tous ces départs qui font que la vie devient froide, lente, noire. Départs que l'on voudrait oublier, faire comme si il ne c'était rien passé. Tout ce mal-être que l'on voudrait faire disparaître, avec lequel il est impossible de respirer, de regarder le soleil, de se regarder dans le miroir. Parce que l'on se sent tous coupables d'un départ, quel qu'il soit, de toutes les manières possibles. Tout ce sens, ou ces sens, que l'on met derrière chaque voyage vers l'ailleurs, l'inconnu.

 

Et tous ces départs nous laisse un goût amer.

 

« Avant notre venue, rien ne manquait au monde. Après notre départ, rien ne lui manquera. »

de Omar Khayyâm

Publié dans Textes

Commenter cet article